jeudi 28 octobre 2010

Noura… Histoire véridique

Ses joues étaient creuses et flasques et elle avait la peau sur les os. Mais cela ne l'empêchait surtout pas de réciter le Coran.

Toujours à veiller dans la salle de prière que Papa avait aménagé pour elle. Se baissant, se prosternant et levant les bras dans la prière. Elle était toujours comme ça, de l'aube au crépuscule et vice versa, elle ne connaissait pas l'ennui.

Quant à moi, j'étais une fana des revues de mode et des romans. J'adorais tellement les vidéos que mes fréquents voyages au magasin de location étaient devenus mon signe de reconnaissance. Comme ils disent, quand quelque chose commence à devenir une habitude, ça te colle à la peau comme une étiquette.

Je négligeais mes responsabilités et la paresse résumait mes prières.

Une nuit, je venais tout juste d'éteindre le magnétoscope après avoir passé trois heures d'affilé devant la télé que l'appel du Muezzin transperçait la nuit calme. Je me suis tranquillement blottie sous la couverture. J'ai entendu sa voix qui venait de la salle de prière.

« Oui Noura, tu as besoin de quelque chose ? »  Ai-je dit. Elle réduit à néant mes plans.

« Tu ne te couche pas avant d'avoir prié Sobh !»

Je lui répondit :

« Ah ! Il reste encore une heure avant Fajr, ce n'est que le premier Adhaan ! »

Elle m'a appelé auprès d'elle avec ses gentils pincements. Elle était toujours comme ça, même avant que la terrible maladie ne vienne lui embrumer l'esprit et ne la cloue au lit.

« Hanane vient t'asseoir près de moi. » me demanda t elle.

Je ne pouvais rien lui refuser, elle était si pure et sincère.« Oui Noura ? "

« Assis-toi ici s'il te plaît. »

« OK, je m'assoie. Qu'est-ce qu'il y a ? »

Avec la plus belle des voix monocordes, elle commença à réciter :

{ Toute âme goûtera à la mort et vous recevrez la pièce de votre monnaie au Jour de la Résurrection } [ Coran, sourate 3 : La famille d'Imran (Al-Imran) verset 185 ]

Elle s'arrêta pensive. Puis, elle demanda :

« Est-ce que tu crois en la mort ? »

« Bien sûr que j'y crois. »

« Est-ce que tu crois que tu devras rendre compte du moindre de tes actes, peu importe leurs tailles ? »

« Bien sûr, mais Allah est Pardonneur et Miséricordieux et j'ai une longue vie devant moi. »

« Arrête Hanane, n'as-tu pas peur de la mort et de son imprévisibilité ? Prends le cas de Hind. Elle était plus jeune que toi mais elle est morte dans un accident de voiture. La même chose pour un tel, et un tel. La mort ne prend guère compte de l'âge et l'âge ne saurait être un indicateur de quand tu mourras. »

L'obscurité de la chambre me remplit de terreur.

« J'ai peur du noir et maintenant tu me fais avoir peur de la mort, je ne pourrais plus dormir maintenant. Noura, je pensais que tu avais promis de passer les prochaines vacances d'été avec nous. »

Impact. Sa voie s'est brisée et son cœur a frémi.

« Il se peut que je fasse un long voyage cette année Hanane, mais autre part. Je dis bien peut-être. Nos vies à tous sont entre les mains d'Allah et c'est à Lui que nous appartenons. »

Mes yeux s'embuèrent et des larmes coulèrent sur mes joues. Je pensais à la terrible maladie de ma sœur et à comment les docteurs avaient annoncé en privé à mon père qu'il n'y avait que très peu d'espoir que Noura survive à la maladie. Mais, à elle, on n'avait rien dit.

Qui l'avait mise sur la voie ? Ou était-ce seulement qu'elle pouvait pressentir la vérité.

« A quoi penses-tu Hanane ? »

Sa voix était tranchante.

« Pense-tu que je dis cela seulement parce que je suis malade ? En faite, il se peut très bien que je vive plus longtemps que la plupart des gens qui ne sont pas malades. Et toi Hanane, combien de temps va-tu vivre ? Vingt ans, peut-être ? Quarante ? Et ensuite ? »

A travers l'obscurité elle chercha ma main et la serra doucement.

« Il n'y a aucune différence entre nous; nous allons toutes quitter ce monde pour vivre au paradis ou agoniser en Enfer. Ecoutes les paroles d'Allah :

{ Celui qui sera éloigné de l'Enfer et dirigé vers le Paradis, celui-là aura réussit. } [ Coran, sourate 3 : La famille d'Imran (Al-Imran) verset 185 ]

Miss Beauté Morale 2010 (Arabie Saoudite)

Arabie Saoudite : élection de la « miss beauté morale 2010″

Publié le 28 octobre 2010 par AJIB.fr

femme voiles angleterre

La beauté morale à la lumière de l’islam

Pas besoin d’être belle physiquement pour être élue miss de la beauté en Arabie Saoudite. D’ailleurs il n’existe à ce jour aucun concours qui inciterait des jeunes femmes à se dénuder pour juger de leur beauté apparente. Et c’est dans cette optique, que l’Arabie Saoudite pays musulman où la majorité des femmes sont toutes intégralement voilées (en niqab ou en sitar) a lancé en 2008, le premier concours de beauté « miss de la beauté morale » qui valorise non pas l’apparence physique des participantes, mais leur respect et leur attachement aux valeurs de l’Islam tels que la pudeur, le respect avec ses parents, et la piété dans le comportement.

La gagnante est aveugle

Lundi dernier, dans la ville de Qatif (à l’est du pays), lors de la finale du concours, un jury totalement féminin a choisie une jeune femme aveugle de 24 ans, qui porte le niqab, Zeinab al Khatam, pour devenir « reine de la beauté morale 2010 ». La grande lauréate a été élue parmi dix finalistes, dont l’une d’elles, Imane Zain al Din, étudiante de 20 ans, a pris la seconde place du podium. Le concours qui avait débuté quelques mois plus tôt a réunit près de 400 jeunes femmes toutes en niqab ou en sitar, venues défendre les valeurs qu’elles arborent, en ambassadrices de l’Islam. Celles ci auraient comme l’an dernier, passés dix semaines de cours sur la religion pour être évaluées sur des thèmes liés au respect des parents, et à comment valoriser sa « force » intérieure. Elles ont par exemple aussi été jugées au cours d’une journée en campagne sur le comportement qu’elles ont pu avoir avec leurs parents, sous l’oeil observateur des jurys.

Au delà de son originalité, ce concours aura épargné à ses participantes bien des tracas : défiler en maillot de bain et talons aiguilles face à une horde de journalistes et jurys masculins scrutant leurs moindres faits et gestes ; Passer des heures dans une loge commune à changer de vêtements toutes les 30 secondes, à changer de maquillage (toujours plus remarquant), ou à apprendre une série de chorégraphies pour animer le « show », sans être à l’abri de trébucher ou de s’emmêler dans les pas de danse…

La femme n’est pas un objet

Khadra al Moubarak, l’une des femmes à l’initiative de cette démarche, qui elle même porte le niqab, estime que

« L’idée est d’évaluer l’engagement des candidates envers les valeurs morales islamiques (…) c’est une alternative aux appels à la décadence des autres concours de beauté qui prennent uniquement en compte le corps et l’apparence de la femme »

« Nous nous intéressons à la beauté de l’âme et à la moralité. » ajoute t-elle.

L’an dernier, pour l’édition 2009, le concours réservé aux jeunes femmes de 15 à 25 ans et n’étant pas diffusé à la télévision, avait élue Aya Ali al Mulla, âgée de 18 ans, et pour l’année 2008, ce fut Zahra al Shurafa qui a été couronnée « miss belle morale ».

mardi 26 octobre 2010

Dix versets de la Sourate Al-Kahf (La Caverne)

Selon Abu Darda', le Prophète Salla-llah allahi wa salam a dit : « Celui qui mémorise par cœur les dix premiers versets de la sourate Al-Kahf sera préservé de l'Antéchrist.» [Muslim]

Une autre version stipule : « Celui qui mémorise les dix derniers versets [ ... ].»

Le Messager d'Allah Salla-llah allahi wa salam a dit: «Celui qui lit sourate "Al-Kahf" (La Caverne) un vendredi, une lumière l’éclairera jusqu’au vendredi suivant». (Rapporté par Al-Hakim et Al-Bayhaki).

Ayat Kursi : Le verset du trône

Selon Ubayy ibn Ka'b, le Prophète a dit: « Ô Abu Mundhir ! Sais-tu quel est le verset le plus sublime du Coran que tu as retenu ? » Je lui répondis : « Dieu ! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par Lui-même... » (Coran 2/255)

Il me tapota sur la poitrine et me dit : « Que ton savoir te soit salutaire, Ô Abu Mundhir ! » [Muslim]

lundi 25 octobre 2010

Les deux derniers versets de Al-Baqara (La Vache)

Alors que [l'ange] Gabriel était assis en compagnie du Prophète , il entendit un bruit venant d'en haut. Il leva alors la tête et dit : « Ceci est une porte qui vient de s'ouvrir aujourd'hui, et jamais avant ce jour elle n' avait été ouverte. » Il en descendit un ange. Gabriel poursuivit : « Voici un ange qui vient de descendre sur Terre et il n'était jamais descendu auparavant. »

L'ange salua le Prophète et lui dit: «Réjouis-toi car tu as reçu deux lumières qu'aucun prophète n'avait reçues avant toi: La Fatiha et les derniers versets de la sourate Al-Baqara. Il n'est pas une seule lettre d'une de ces parties [du Coran] que tu ne lises sans que tu n'obtiennes [ce que tu désires].» [Muslim]
Selon Abu Mas'ud al-Badri, le Prophète a dit : “Celui qui récite au cours de la nuit les deux derniers versets de la sourate Al-Baqara (sourate 2), cela lui suffira.” [Bukhari et Muslim]


Nawawi ajoute : « Certains savants ont dit: "Ce sera une protection suffisante contre tout mal." D'autres ont dit : "Ces deux: versets le dispenseront de veiller toute la nuit en prière." »

An-Nas (Les Hommes) et Al-Falaq (L’Aube Naissante)

Selon 'Uqba Ibn 'Amr, le Prophète a dit: “As-tu entendu les versets qui ont été révélés cette nuit ? On n' a jamais rien vu de semblable! Ce sont : [Dis: "Je recherche protection auprès du Seigneur de l'aube naissante..."], (Coran 113) et [Dis: "Je recherche protection auprès du Seigneur des hommes..."] (Coran 114) [Muslim]
Abu Sa'id Al Khudri rapporte, Le Prophète demandait protection [à Dieu] contre les génies et contre le mauvais œil jusqu'à la révélation des deux protectrices (al-muawwidhatan, les deux sourates 113 et 114). A partir de leur révélation, le Prophète les utilisa comme protection et délaissa toute autre formule. [Tirmidhi]

Al Ikhlas (Le Monothéisme Pur, la Sincérité)

Selon Abou Sa'id Al Khoudri, le Messager de Dieu a dit au sujet de la sourate Al-Ikhlas (112) : “Par Celui qui tient mon âme dans Sa Main, elle équivaut à un tiers du Coran.” [Bukhari]
Une autre version rapporte : « Le Prophète demanda à ses Compagnons : 'L'un de vous serait-il capable de réciter le Coran en une nuit ?" Ils trouvèrent la chose peu aisée et ils demandèrent : "Lequel d'entre nous pourrait accomplir cela, Prophète de Dieu ?" II répondit alors : "[Pour y parvenir, récitez:] 'Dis: C'est Lui Dieu, Seul et Unique. Dieu Le Recours suprême et efficient.' Cette sourate équivaut à un tiers du Coran."

La Fâtiha (Le Prologue, L’Ouverture)

Abu Sa'id Rafi' ibn al·Mu'alla rapporte : Le Prophète Salla-llah allahi wa salam me dit un jour: «T'enseignerais-je la plus sublime des sourates du Coran avant que tu ne sortes de la mosquée ? » Il me prit par la main et lorsque nous nous apprêtâmes à sortir de la mosquée, je lui demandais : « Prophète de Dieu, tu m' as promis de m' enseigner la plus sublime des sourates du Coran... » II me dit alors : « [II s'agit de la première sourate] "Louange à Dieu, Seigneur des mondes." Elle constitue les sept [versets] répétés et le Coran sublime qui m'a été révélé. » [Bukhari]

Ce hadith est une explication du verset où Dieu dit au Prophète Salla-llah allahi wa salam : "Nous t'avons donné "les sept versets que l'on répète" ainsi que le Coran sublime. (Coran 15/87)

Ces sept versets sont une allusion à la sourate Al-Fatiha que le croyant récite au minimum dix-sept fois par jour dans ses Salat.

 

Hadiths sur la mort 2 (des serviteurs mécréants)

Le Prophète Muhammad Salla-llah allahi wa salam  dit (ensuite): Et le serviteur kâfir, lorsqu’il est sur le point de quitter ce monde et de passer dans l'Autre, des anges au visage noirci descendent du ciel vers lui avec de la bure. Ils s'asseyent avec lui (et ils sont tellement nombreux qu'ils arrivent jusqu'où porte le regard). Puis, vient l'ange de la mort (Malak oul mawt) qui s'assoit auprès de sa tête et dit: "Ô âme répugnante ! Sors vers la colère et le mécontentement d’Allah."
Le Prophète Muhammad Salla-llah allahi wa salam dit: L’âme se répand alors partout dans son corps et il l’arrache comme on arrache une broche de la laine trempée. Il la saisit; (mais) dès qu'il l'a prise, (les autres anges présents) ne la laisse pas entre ses mains un instant; ils la portent à leur tour et la posent dans cette bure. Emane alors d'elle (une puanteur comparable) à la pire pestilence d'un cadavre qui puisse être trouvée sur terre. Ils (les anges concernés) montent alors en l'emportant. Ils ne passent en sa compagnie auprès d'aucun groupe d'anges sans que ceux-ci ne s'enquièrent: "Quelle est donc cette âme répugnante ?" Ils répondent alors: "(C'est celle de) Un tel, fils d'untel", et ils la nomment en citant les pires prénoms par lesquels on le désignait dans ce monde, jusqu'à ce qu'ils arrivent avec elle au ciel le plus proche. Ils demandent la permission d'entrer et celle-ci leur est refusée. Le Prophète Muhammad Salla-llah allahi wa salam  récita alors (le passage du Qur'aan faisant allusion à cela): "(…) les portes du ciel ne leur seront pas ouvertes, et ils n'entreront au Paradis que quand le chameau pénètre dans le chas de l'aiguille." (Sourate 7 / Verset 40)

samedi 23 octobre 2010

Hadiths sur la mort 1 (des serviteurs croyants)

Selon Abou Hourayra (DAS), le Messager de DieuSalla-llah allahi wa salam a dit:

 «Parmi les chapitres du Coran il en est un de trente versets qui intercéda en faveur d'un homme qu'il sortit  ainsi de tous ses péchés. C'est le chapitre 67, «Le Royaume». (Rapporté par Abou Dawùd et Attirmdidhi)

Hadith rapporté par Al Barâ Ibn Âzîb (DAS), qui raconte : Nous sommes sortis vers Baqi' (le cimetière de Médine), (un jour) à l'occasion d'un enterrement, en compagnie du Prophète Muhammad Salla-llah allahi wa salam. Lorsque nous arrivâmes, la tombe n'était pas encore creusée; le Prophète Muhammad Salla-llah allahi wa salam s'assit et nous nous assîmes autour de lui, (nous étions tellement silencieux et tranquilles que c'était) comme s'il y avait des oiseaux sur nos têtes. Il Salla-llah allahi wa salam avait un bâton dans sa main qu'il utilisait pour gratter la terre. Il leva alors la tête et dit, en deux ou trois fois: "Demandez la protection d'Allah contre le châtiment de la tombe."

 

Puis il dit: " Le serviteur croyant, lorsqu'il est sur le point de quitter ce monde et de passer dans l'Autre (Al Âkhirah), des anges au visage resplendissant descendent du ciel – c'est comme si leur visage était un véritable soleil-, emportant avec eux un linceul et du parfum provenant du Paradis. Ils s'asseyent avec lui (et ils sont tellement nombreux qu'ils arrivent jusqu'où porte le regard). Puis, vient l'ange de la mort (Malak oul mawt) qui s'assoit auprès de sa tête et dit: "Ô âme pure ! Sors (et viens rejoindre) un pardon  et un agrément venant d'Allah."
Le Prophète Muhammad Salla-llah allahi wa salam ajouta: " Elle (l'âme) s'écoule et sort alors (aisément) comme la goutte coule de l'outre. (L'ange de la mort) la saisit; (mais) dès qu'il l'a prise, (les autres anges présents) ne la laisse pas entre ses mains un instant; ils la portent à leur tour et la posent dans le linceul et la parfument. Emane alors d'elle (un parfum comparable) à la meilleure flagrance de musc qui puisse être trouvée sur terre. Il Salla-llah allahi wa salam continua: Ils (les anges concernés) montent alors en l'emportant. Ils ne passent en sa compagnie auprès d'aucun groupe d'anges sans que ceux-ci ne s'enquièrent: "Quelle est donc cette âme pure ?"

 

vendredi 8 octobre 2010

Un jour ou l’autre

Remets-toi s’en à Allah car si tu as été imprévoyant
Il te viendra avec ta subsistance par là où tu ne l’attends

Craindrais-tu la pauvreté, quand il est Le Pourvoyeur incessant
Il a certes nourrit l’oiseau et le poisson dans l’océan

Si la nourriture s’obtenait par la force uniquement
L’oisillon ne pourrait manger près du vautour un instant

Tu quittes déjà ce bas monde sans que tu en sois conscient
Si la nuit te couvre, seras-tu encore au jour montant ?

D’ailleurs combien de bien portants sont morts sans mal apparent
Combien de malades, un moment d’éternité, survécurent pourtant,

Combien de jeunes se sont couchés puis réveillés souriants,
Et dans l’invisible, à leur insu leur linceul se tissant

Quand bien même un homme vivrait mille et plus de deux milles ans
Un jour ou l’autre vers la tombe, il ira inéluctablement…
 

Poésie attribuée à l’imam Chafi’i rahimouh_allah

dimanche 26 septembre 2010

Palestine ou Israel ?

Google a ouvert le vote pour la nomination "Palestine" ou "Israël."
http://www.israel-vs-palestine .com/PS/EN


Voilà un devoir simple à faire pour la Palestine, il suffit de cliquer sur le drapeau de la Palestine, puis attendez que la page s'affiche et entrez les lettres dans la confirmation du vote.

Faites tourner et qu'Allah bénisse les doigts qui font de tels clics.

vendredi 24 septembre 2010

Une histoire pleine d’enseignements

Une sœur a dit : “Voici une histoire touchante dans laquelle beaucoup de frères et sœurs pourront s'identifier, Allah aime ceux qui reviennent à lui par un repentir sincère et n'oubliez pas que chaque âme goûtera la mort. Ce n'est pas l'histoire d'un faux Cheikh Ahmed gardien du mausolée du Prophète Salla-llah allahi wa salam , ni celle d'un type qui a fait fortune en envoyant cette histoire à des personnes. Si tu la lis pas, t'auras rien perdu du tout, y a pas de malédiction spécifique qui te touchera, ni la mort qui te visitera ce soir pour autant.”


C'est l'histoire d'un mec de ton âge. Comme toi, il pense être encore jeune et avoir la vie devant lui. Comme toi, il a quelques petits problèmes qui gâchent son quotidien. Comme toi, il a des accrochages avec la famille. Comme toi, il a peur de foirer ses études. Comme toi, il a besoin d'argent. Comme toi, il trouve fatiguant le fait de se lever à 7h du mat pour aller à l'école... Et tout comme toi, il a des tas de plans dans sa tête pour s'en sortir.
La famille ? Il les envoie balader et fuit ou s'isole. C'est tellement plus facile de faire semblant de ne pas entendre. Mais c'est tellement dur quand les mots ne sortent pas de ta tête, tu ne peux pas empêcher la haine et la gamberge de te ronger...
Les études ? Il remet tout au lendemain, il se dit qu'il arrivera bien à tricher le jour venu, il compte sur la grosse tête en classe ou sur ses acolytes pour que les réponses pleuvent. Mais il n'arrive pas à admettre son échec en fin d'année, c'est jamais justifié quand on rate, c'est toujours la faute des profs...
L'argent ? Certains travaillent pour, d'autres le volent, le reste en rêve... Tous les moyens sont bons pour en avoir, mais tous les jobs sont trop éprouvants pour le peu que ça rapporte. Alors il cherche plus rien, il compte sur un cousin pour le pistonner. De toute façon, ça ne paye pas assez, ça casse le dos, c'est trop loin, ce n'est jamais le bon job. Finalement, il n'a jamais travaillé de sa vie !
Se lever le matin ? Toute sa vie il a mené une guerre sans fin contre le sommeil. Le moment ou on ouvre à peine les yeux est tellement savoureux! C'est à ce moment que la couette parait la plus moelleuse? Chaque jour, il a reporté l'heure du réveil d'une demi heure. Jusqu'au jour où l'heure de sa mort a devancé l'heure du réveil ! Cette fois-ci, plus de lutte contre le sommeil, il reposera jusqu'au jour du jugement.
Ce jeune, comme toi, il a supprimé des tas de mails trop ennuyant, trop saoulant, trop "islamiques"... Toi qui lis cette histoire, tu te dis : "C'est encore la même histoire du mec qui meurt à la fin sans avoir prié !" Ce jeune, comme toi, il a déjà vu des milliers de fois le visage de ses parents dans le salon en entrant tard le soir, et des milliers de fois il est monté dans sa chambre sans leur adresser un mot. Ce jeune, comme toi, il a déjà refait sa vie future des centaines de fois dans sa tête, ce jeune, comme toi, il a déjà entendu des dizaines de fois ses amis qui l'incitait à prier et des dizaines de fois, l'orgueil l'a rendu sourd.
Mais une fois, UNE SEULE ET UNIQUE FOIS, il a pris la bonne résolution. Il s'est dit : « Cette fois, je m'accroche à ma foi et je lâche pas, avec la permission d'Allah ! » Il a prié l'Ishaa avant de se coucher, il a prié le lendemain et il a demandé pardon sincèrement pour toutes les autres journées où il a laissé passer ses prières devant ses yeux sans réagir. Dehors, il a dit "Salaam" à des gens qu'il ne connaissait même pas, juste pour le plaisir d'avoir un sourire en retour. Il donné son repas de midi à un pauvre dans la rue, il a lu quelques versets du Coran, même si c'était en bégayant et en écorchant chaque mot, il se corrigeait et recommençait jusqu'à terminer une page. Il a appelé la fille avec qui il sortait et lui a expliqué, sans l'insulter ni l'agresser qu'il devait respecter son Créateur, le musulman demande pardon pour les actes malsains qu'il a commit, le musulman tient plus à sa chasteté qu'à n'importe quel canon de la beauté, et mêmes les passions et les démons ne l'en détournent pas. Il lui a avoué que les mecs n'aiment pas, ils désirent. Ils ne donnent pas de l'affection, ils assouvissent leurs fantasmes. Ils ne restent jamais fidèles, ils collectionnent les amourettes d'une semaine. En plus ils mentent, mais les femmes les écoutent, voilà le problème ! Car un homme qui fornique, c'est une femme qui y participe. Faut pas se mentir, ni se voiler la face, aujourd'hui il y a autant de musulmans que de musulmanes qui commettent ce pêché HORRIBLE qu'est la fornication. Ils et elles trouvent ça le plus naturel du monde, mais si on leurs apprend que leurs sœurs sont comme eux, ou que leurs mecs les trompent : ils et elles voient rouge!
NE FAIS PAS AUX SOEURS DES AUTRES CE QUE TU N'AIMERAIS PAS QU'ON FASSE A LA TIENNE ! Sachez qu'on récolte ce que l'on sème, si on vit une relation fondée sur le mensonge, envers Allah et envers ses parents, on ne doit pas s'étonner de récolter des fruits amers comme la tromperie, les insultes et une sale réputation.

Il a aussi jeté son paquet de cigarettes et son briquet, et il a changé de numéro pour ne garder le contact qu'avec ses vrais amis, il a supprimé les contacts qu'il ne gardait sur MSN que pour la drague et les discussions futiles. Ce jeune n'était pas bête, il voyait bien les choses autour de lui : il voyait bien que des jeunes musulmans n'avaient plus rien du comportement du jeune musulman ! Mais, la dernière fois qu'il a reçu un message qui l'incitait au bien, il s'est pas dit "Mais quel!!! Laisse moi vivre ma vie tranquille !!! C'est que des baratins tout ça !!! Tout le monde fait comme moi, ya plus personne de bien !!! Moi, incha’Allah, je choisirai moi même quand je prierai." Non, il a prit la bonne résolution en lisant ce message, il a prié directement et n'a pas attendu le lendemain, comme certains font l'erreur en se disant "j'ai pas prié depuis le matin, ça sert a rien maintenant". Ce jeune est mort à l'âge de 18 ans d'un arrêt cardiaque dans son sommeil. Al hamdoulillah, ce jeune a fait une dou'a avec ses propres mots avant de s'endormir :«Lã ilãha illa Allah, Muhammadu rassoulou-llah, yã rabbi! J'ai été parmi les égarés, Pardonnes-moi mes péchés, fais que les gens à qui j'ai commis un mal me pardonnent,  je pardonne à tout ceux qui m'ont fait un jour du mal, rabbi accorde moi la guidée. Yã rabbi ! Accorde moi la guidée. Yã rabbi ! Accorde moi la guidée, yã Allah ! Eloigne moi du mauvais chemin! Tu es Celui qui connaît l'avenir de toute chose, si mon avenir est bon et me conduis au paradis alors rallonge ma vie et accorde moi Ta Clémence. Par contre, si mon avenir est un mal pour moi et un chemin vers l'enfer alors reprend mon âme et pardonnes-moi car Tu es Le Miséricordieux, Le Pardonneur."

Qu'Allah lui pardonne, qu'Il exauce ses invocations, qu'Il accepte son repentir et qu'Il fasse de lui un habitant du paradis.

Voilà, l'histoire est finie. Maintenant que vas-tu faire ? Ne reste pas collé à ton clavier. Prier serait une bonne chose, même si c'est déjà l'heure de la prière, ne te dis pas que ça ne servira à rien vu que tu arrêteras encore la prière. Ca ne sert non plus à rien de reporter au lendemain car il se peut que tu meures ce soir dans ton sommeil. Prends plutôt la bonne résolution une bonne fois pour toute. Tu as lu et entendu le rappel, alors:

LEVE TOI ET PRIE AVANT QU'ON NE PRIE SUR TOI !

vendredi 17 septembre 2010

L’enfer s’est plaint auprès de son Seigneur

Abu Al-Yaman nous a rapporté, d'après Chu'aib, d'après Ezzuhri qui dit :
Abu Salama Ibn Abdurrahmane m'a rapporté qu'il a entendu Abû Hurayra dire :
« Le Messager d'Allah
Salla-llah allahi wa salam a dit : « L'Enfer s'est plaint auprès de son Seigneur en lui disant : “Seigneur ! Je suis en train de m'auto-détruire (mes flammes se dévorent les unes sur les autres).”
Ordre lui a été donné alors de souffler deux fois : l'une en hiver et l'autre en été.
Le Premier souffle est ce que vous ressentez comme froid rigoureux en hiver, et le deuxième,est ce que vous ressentez comme canicule en été.»

Rapporté par Al-Bukhari dans le livre sur le début de la création, chapitre sur la description de l'Enfer.

Commentaire :
El-Qastalâni (qu'Allah l'agrée) a dit : « Sa parole :
“L'Enfer s'est plaint auprès de son Seigneur”, c'est à dire qu'il s'est plaint réellement avec une vie qu'Allah créera en lui ou par métaphore en faisant allusion à son effervescence. Ses flammes se dévoreront les unes les autres. Son Seigneur lui permettra alors de souffler deux fois, une en hiver et l'autre en été. Son souffle d'hiver est caractérisé par le froid rigoureux, alors que son souffle d'été est caractérisé par la chaleur torride. Celui qui a créé la neige et le feu est capable de faire sortir le froid glacial du feu.»
Et Allah est plus savant.

Qu'Allah nous préserve de l'enfer. Amiine.

jeudi 26 août 2010

Pour se concentrer durant la salat

Être sur un nuage… et pourtant juste sur un tapis : c’est ce qu’on aimerait tous vivre au moins 5 fois par jour, n’est-ce pas ?
Et c’est justement lorsque tu te dis : « Cette fois ci, je vais être bien concentré(e) », que te voilà bien évadé(e) dans tes pensées ! Je vais donc te transmettre quelques pistes, de celles que j’ai apprises, Al hamdullilah à Celui qui nous apprend ce que nous ignorons ! Vivons ensemble une prière, et voyons à chaque étape, ce dont nous devons nous souvenir.


1. Takbirat al ihram « Allahou Akbar »

Voilà que tu déplies ton tapis.
Tu es peut-être dans ta chambre, dans un grand salon, dans une mosquée ou encore au milieu d’un vacarme… Mais peu importe ton environnement, car tu vas l’oublier, tu vas l’effacer de ta conscience. Comment ? Il est vrai que le plus simple serait de fermer les yeux, mais même si cela n’invalide pas ta prière, cela est déconseillé. La meilleure façon, si tu y parviens, est de fixer un point sur ton tapis et de ne plus le lâcher, au point de t’y noyer.
Tu lèves les mains à la tête : « Allahou Akbar ».
Vas–y lentement… très lentement ! Prends le temps de réaliser ce que tu fais. Réalise-tu ce que tu dis ? « ALLAH EST Le plus Grand ».
Plus Grand que toi que ta famille, ton environnement…
Plus Grand que les plus grands des tyrans, les plus célèbres personnages… Plus Grand que tous ceux qui te veulent du mal… Il est aussi Plus Grand que la terre, puisque c’est Lui qui l’a créé !!!
Plus grand que les cieux et ce qu’ils peuvent couvrir, Plus Grand que la terre et ce qu’elle peut contenir… Il est donc plus Grand que les problèmes qui peuvent submerger ton esprit !
Alors en disant cela, tu es en train de dire qu’Il a plus d’importance que tout ce qu’il y a dans ce monde, que tout ce qui pourrait te traverser l’esprit… En levant les mains et en disant  «Allahou Akbar », tu es en train d’ouvrir les portes d’un monde où tu sera seul avec Lui, en «tête à tête ».
Et puis tu entres dans ce monde, tu fermes les portes derrière toi, pour ne plus rien laisser passer: seulement toi, et Lui.


2. La Fatiha…et des versets

La Fatiha, cette sourate que l’on connaît si bien… mais que l’on comprend, pourtant, si peu… Je ne t’en dirais pas plus sur son contenu : à toi, pendant toutes tes prières, de la méditer.
Ne t’es-tu jamais demandé pourquoi la récite-t-on à chaque Rak’at ? Pourquoi est-elle un pilier de la prière ? Pourquoi nos lèvres et nos langues la récitent au moins 17 fois par jour ? Une autre sourate aurait très bien pu nous être demandée?
Le but de ta vie : découvrir, peu à peu, tous les jours, un peu plus, les profondeurs de cette sourate, et le mystère qu’elle cache… ou qu’elle révèle ! Et puis rappelle-toi que ce sont les paroles d’Allah qui sortent de ta bouche ! Mais au fait, pourquoi donc récites-tu des paroles d’Allah, devant Allah ? A toi de répondre à cette question, à toi de réfléchir sur ce symbole.
Peut-être est-ce pour dire : « regarde ! Je T’aime tellement, que je ne me lasse jamais de lire Tes « lettres », je les ai même apprises par cœur ! Et voilà, je Les récite devant toi, de la plus belle des façons, pour te montrer combien Tes paroles me sont précieuses. Et, également, pour que Tu sois satisfait de moi ! »
Dans tous les cas, applique-toi bien. Ta langue mérite-t-elle de prononcer de si belles et Divines paroles... Ta langue est-elle si pure ? La moindre des choses est donc d’en prendre bien soin, et gare à toi de les écorcher ! Quelle honte devant Lui !
Et puis tu récites un verset, deux, ou plus… tu peux même réciter une longue sourate pour faire bonne impression !!!
Sache que chaque lettre est une hassanat, et chaque hassanat en vaut dix, et qu’Allah est le Miséricordieux.
Plus tu prends du plaisir, plus IL est satisfait.
Plus tu L’aimes, plus IL t’aime !
Plus tu te rapproches de Lui, plus IL vient vers toi !
Surtout, prends le temps de peser chacun des mots qui sortent de ta bouche. Qui sait ? Peut-être que ce que tu dis te concerne directement ? Les paroles d’Allah sont comme un océan, plus tu sais nager, plus tu pénètres profond.
Alors médite pendant ta récitation, cherche la signification, réfléchis sur ce qu’Il veut te montrer… et si tu n’y arrives pas, que tu ne trouves pas, alors persiste encore et encore : C’est en tombant qu’on apprend à faire du vélo !

lundi 23 août 2010

Quelques bonnes manières à observer pendant le jeûne

Prendre le souhour (le petit déjeuner de l’aube) et le retarder au maximum :

Selon Anas (DAS), le Messager de Dieu Salla-llah allahi wa salam  a dit : « prenez le dernier repas de la nuit car il y a dans ce repas une bénédiction ». (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Ibn Omar (DAS) a dit : « Le Messager de Dieu  Salla-llah allahi wa salam avait deux muezzins, Bilal et Ibn Ommi Maktoum. » Le Messager de Dieu Salla-llah allahi wa salam a dit : « Bilal appelle à la prière pendant la nuit. Mangez et buvez jusqu’à l’appel d’Ibn Ommi Maktoum ». (Rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

 

Hâter la rupture du jeûne :

Selon Abou Houraira (DAS), le Messager de Dieu Salla-llah allahi wa salam  a dit : « Dieu glorifié et honoré a dit : « Parmi Mes serviteurs c’est celui qui hâte le plus la rupture du jeûne que J’aime le plus ». (Rapporté par At-Tirmidhi)

Selon le compagnon du Prophète Salman ibn ‘Amir (DAS), le Prophète Salla-llah allahi wa salam a dit : « Quand l’un de vous rompt son jeûne qu’il le fasse en mangeant des dattes. S’il n’en trouve pas, qu’il boive de l’eau car c’est un moyen de purification » (rapporté par Abou Daoud et At-Tirmidhi)

 

Faire des invocations à la rupture du jeûne :

Le Prophète Salla-llah allahi wa salam le faisait en disant :

« Seigneur ! C’est pour Toi que j’ai jeûné, j’ai rompu mon jeûne en goûtant de Ton bien » (rapporté par Abou Daoud)

« Allahoumma laka soumtou wa ‘alâ rizqika aftart »

اللَّهُمَّ لَكَ صُمْتُ وَعَلَى رِزْقِكَ أَفْطَرْت

« A la rupture du jeûne, il appartient certainement au croyant une imploration (dou’a) exaucée »  (rapporté par al-Bayhaqy)

 

Délaisser tout comportement qui est en contradiction avec l’esprit du jeûne :

Selon Abou Houraira (DAS), le Prophète Salla-llah allahi wa salam a dit : « Quand l’un de vous est dans son jour de jeûne, qu’il s’abstienne de dire des grossièretés et d’élever la voix. Si quelqu’un l’injurie ou le provoque au combat, qu’il dise : « Je suis en état de jeûne ». (Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Selon lui encore, le Prophète Salla-llah allahi wa salam   a dit : « Celui qui ne s’abstient pas de mentir et d’agir en pur mensonge, Dieu n’a que faire de son renoncement à son manger et à son boire ». (Rapporté par Boukhari)

 

Multiplier les bonnes actions : Lecture du Coran, actes de charités, invocations…

Ibn ‘Abbas (DAS) rapporte que le Messager de Dieu Salla-llah allahi wa salam était l’homme le plus généreux. C’était au mois de Ramadan, quand il rencontrait Gabriel, qu’il était le plus généreux. Or Gabriel le rencontrait à chaque nuit de ramadan où ils étudiaient ensemble le Coran. Quand Gabriel rencontrait le Messager de Dieu Salla-llah allahi wa salam , ce dernier était certainement plus généreux à dispenser le bien que le vent qui souffle sans arrêt. (Rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

« C’est le mois de la compassion » (rapporté par Ibn Khouzayma)

« Est venu à vous le ramadan, le mois de la bénédiction. Pendant ce mois, Dieu vous enveloppe par Sa miséricorde, absout les péchés et exauce les implorations (dou’a) » (rapporté par at-Tabarani)

 

Multiplier les efforts dans l’adoration : Prières surérogatoires, Tarawih, et profiter des dix dernières nuits :

« Quiconque y accomplit une action parmi les actions du bien, c’est comme s’il avait accomplit un acte obligatoire en dehors de ce mois. Et quiconque y accomplit un acte obligatoire, c’est comme s’il avait accomplit 70 actes obligatoires en dehors de ce mois » (rapporté par Ibn Khouzayma)

Selon ‘Aicha (DAS), le Messager de Dieu Salla-llah allahi wa salam , quand entraient les dix dernières nuits de Ramadan, les veillait en prières, réveillait sa famille et redoublait de ferveur. (Rapporté par al- Boukhari et Mouslim)

D’après Abou Houraira, le Messager de Dieu (BDSL) a dit : « Celui qui jeûne le Ramadan par conviction de foi, en espérant La récompense divine, ses pêchés passés lui sont pardonnés. Et celui qui prie la nuit pendant le Ramadan par conviction de foi, en espérant La récompense divine, ses pêchés passés lui sont pardonnés. Et celui qui prie la nuit du destin par conviction de foi, en espérant La récompense divine, ses pêchés passés lui sont pardonnés. » (Boukhari et Mouslim)

Selon ‘Omar (DAS), le Messager de Dieu Salla-llah allahi wa salam observait une retraite spirituelle durant les dix derniers jours de Ramadan. (Rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

Moncef Zenati

Source

mercredi 4 août 2010

La nuit du destin : spiritualité et recueillement

Cette nuit de haute spiritualité, cette une nuit bénie, que Dieu évoque en ces termes : "Nous l’avons fait descendre (le Coran) en une nuit bénie"1. Les musulmans s’y préparent avec joie, ferveur et enthousiasme.

C’est la nuit de l’événement sublime, la révélation et la descente du Coran, le miracle qui a façonné l’histoire. La dévotion au cours de cette nuit équivaut à mille mois de prières. Dieu dit : "Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit du destin (Al-Qadr). Et qui te dira ce qu’est la nuit du destin ? La nuit du destin est meilleure que mille mois. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit, par permission de leur Seigneur pour tout ordre. Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube".2

Au cours de cette nuit, Dieu a décrété tout ce qui arrivera l’année suivante, d’où l’origine du nom : la nuit du destin. Etymologiquement, le mot "Al-Qadr" peut signifier en arabe "une nuit honorable", aussi bien que la référence au décret divin.

Abû Hourayra rapporte que le Messager de Dieu (BSSL) a affirmé : "Quiconque veille en prière la nuit du destin avec foi et conviction aura tous ses péchés passés pardonnés"3.

Durant cette nuit, Dieu exauce les implorations de ses serviteurs. A la question de ’Aisha posée au Prophète (BSSL), "Et si je sais sur quelle nuit la nuit du destin arrive, que dois-je dire ? "Il lui répondit : " Dis : Allahoumma Innaka ’Afuwwun Touhibboul-’Afwa Fa’ffu ’anni" Ce qui signifie : "ô Seigneur, Tu es le Clément et tu aimes le pardon, alors pardonne-moi".4

La nuit du destin se situe dans les dix derniers jours du mois de Ramadan, ‘Aisha précise : « Quand la dernière décade de Ramadan commençait, le Prophète avait l’habitude de passer les nuits en prières et éveillait les membres de sa famille, afin qu’ils ne ratent pas les bénédictions et les miséricordes qui y descendent à flot. "Cherchez la nuit du destin, dit le prophète (BSSL), dans les dix dernières nuits de Ramadan ". 5

Il est certain, au regard des nombreux hadiths authentiques, que la nuit du destin survient au cours d’une des nuits impaires. A ce sujet, le Prophète (BSSL) souligne : "Cherchez la nuit du Destin parmi les nuits impaires de la dernière décade du mois de Ramadan "6 [c’est à dire la nuit dont le lendemain correspond au 21, 23, 25, 27 ou 29 de Ramadan]. La majorité des savants de l’islam, s’accordent pour affirmer que la nuit du destin survient plus précisément la 27ème nuit du mois de Ramadan.

Oubay ibn Ka’ab, compagnon du prophète (BSSL), jure connaître cette nuit. '"C’est la nuit dont le Messager de Dieu (BSSL) nous a ordonné de prier. Elle est la vingt-septième nuit. Son signe est que le soleil se lève le matin brillant sans rayons ".7

Un autre hadith d’Ibn ’ Oumar remarque que : " Quelques compagnons du Messager de Dieu ont vu la Nuit du destin en rêve pendant les sept dernières nuits (de Ramadan). Le Prophète (BSSL) conclue : " Je vois que tous vos rêves concordent pour les sept dernières nuits. Que celui qui voudra trouver la nuit du destin, la cherche donc dans les sept dernières nuits ".8

Certains savants estiment qu’il faudrait chercher la 21ème nuit, car le Prophète (BSSL) a vu comme un signe, le fait d’être prosterné dans la boue le matin suivant la nuit du destin. Il a donc effectivement plu la 21èmenuit, au cours de laquelle, il a effectué la prière de l’aube dans la boue.

D’autres savants estiment que la nuit du destin n’est pas constante, mais se déplace chaque année. Le savant du Hadith Ibn Hajar a écrit dans son livre Fath al-Bari : "L’avis le plus fort est qu’elle est une nuit impaire dans les dix dernières nuits et qu’elle change constamment".

Il y a en revanche, un grand désaccord quant au fait de préciser la date de cette nuit. Dans, l’ouvrage de Ibn Hajar, Fath al-Bari, il y a, à ce sujet une quarantaine de commentaires.

La sagesse que l’on peut déduire de toutes ces traditions, est que la nuit du destin a été dissimulée par Dieu durant les dix dernières nuits du mois de Ramadan, afin que Ses sincères serviteurs témoignent d’une grande ferveur, en se « lançant » avec détermination dans la quête du divin. Il convient d’être constant dans la quête de Son amour, régulier dans notre attachement à Lui, bien ancré dans la spiritualité en vue de se préparer à recevoir les grâces que Dieu voudra bien nous offrir.

Notes :

1 Sourate La fumée 3
2 Sourate La Destinée 1-5

3 Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

4
Rapporté par At-Tirmidhi et Ibn Majja

5
Rapporté par Al-Boukhari et Muslim
6 Rapporté par Al-Boukhari
7 Rapporté par Mouslim et Abou Dawoud
8 Rapporté par Al-Boukhari et Muslim

Source

Lecture du Coran et Horaire pendant le Ramadan

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Selon Ibn Masud (DAS), le Messager de Dieu (BSDL) a dit: "Celui qui lit une seule lettre du Coran s'inscrit une bonne action et la bonne action a dix fois son salaire. Je ne dis pas que "ALM" (lettres énigmatiques se trouvant au début de certains chapitres du Coran) est une lettre, mais A est une lettre, L est une lettre et M est une lettre". (Rapporté par Attirmidhi)


Selon Abdullah Ibn Amr Ibn Al As (DAS), le Prophète (BSDL) a dit: "On dira (le jour du jugement dernier) au lecteur assidu du Coran: "Lis et monte (les degrés du Paradis). Récite clairement comme tu le faisais dans le bas-monde. Ta place au Paradis te sera fixée au dernier verset que tu liras". (Rapporté par Abou Dawud et Attirmidhi)


BSDL: bénédiction et salut de Dieu sur lui
DAS: que Dieu lui accorde Sa satisfaction
Riyad as-Salihin (Les Jardins des vertueux) de l'Imam Mohieddine Annawawi 631 - 676
Traduction et Commentaire du Dr Salaheddine Keshrid (Tunisie)
Éditeur: Dar Al-Gharb Al-Islami
Hadith 1: Chapitre 108, Page 323, Numéro 997
Hadith 2: Chapitre 108, Page 323, Numéro 999


Commentaire: Nul ne peut ignorer les bienfaits de la lecture Coranique. Pour simplifier la découpe de cette lecture et faire en sorte que chacun et chacune puisse compléter le Coran dans son intégralité pour la fin de Ramadan, un calendrier a été confectionné.
Note: Etant donné que les femmes sont amenées à manquer des jours de jeûne, la découpe a été étalée sur 20 jours, à raison de 3 Hizb par jour, ce qui leur laisse une marge suffisante en cas d’interruption momentanée de leur mois. Il vaut en effet mieux se fixer une lecture de 3 Hizb par jour que de laisser passer 5-6 jours de lecture à rattraper d’une traite.

Calendrier de lecture du Coran

Téléchargement du calendrier

Conseils pour le mois de Ramadan

De ‘Abdul ‘Aziz Ibn Baz à celui qui le lira parmi les musulmans, qu’Allah fasse que j’emprunte, ainsi que les musulmans, le chemin de la foi, et qu’Il m’accorde, ainsi qu’à eux, la compréhension de la Sunna et du Coran. Amîne. Que la paix et la miséricorde d’Allah soient sur vous, ainsi que Sa bénédiction. Cela dit :

Ceci est conseil concis sur la vertu du jeûne et de la prière de la nuit du mois de Ramadan, et la vertu de s’empresser d’accomplir des œuvres pieuses, et un éclaircissement de quelques règles importantes qui pourraient échapper à certaines personnes.

Il a été authentifié du messager d’Allah Salla-llah allahi wa salam qu’il annonçait à ses compagnons l’arrivée du mois de Ramadan, et les informait que les portes de la miséricorde et du paradis restaient ouvertes pendant ce mois, que les portes de l’enfer étaient fermées et les diables enchaînés.

Il dit Salla-llah allahi wa salam : « Lors de la première nuit de Ramadan, les portes du paradis s’ouvrent et on n’en ferme aucune, et les portes de l’enfer se ferment et on n’en ouvre aucune, et les diables sont enchaînés. Un héraut appelle : « ô toi qui veux le bien, avance, ô toi qui veux le mal, recule ». Allah a des affranchis de l’enfer. Et ceci, chaque nuit. »

Et il dit Salla-llah allahi wa salam  : « Le mois de ramadan vous est venu, mois de bénédiction de laquelle Allah vous couvre pendant celui-ci, la miséricorde descend, les péchés cessent et l’invocation est exaucée. Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement des bonnes actions et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi est le meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la miséricorde d’Allah. »

Et il dit Salla-llah allahi wa salam : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »

Et il dit Salla-llah allahi wa salam : « Allah Tout Puissant dit : Toute (bonne) action du fils d’Adam est pour lui, elle est multipliée de dix à sept cents fois, sauf le jeûne, car Il est à Moi et c’est Moi qui le récompense. Il (le jeûneur) abandonne pour Moi ses désirs et sa nourriture. Le jeûneur possède deux joies : l’une lorsqu’il rompt le jeûne, l’autre lorsqu’il rencontre son Seigneur. Et certes, l’haleine du jeûneur est plus agréable auprès d’Allah que l’odeur du musc. »

Et les hadiths sur les vertus de Ramadan, de veiller ses nuits en prière et du jeûne sont très nombreux.

Il convient au croyant qu’il profite de cette occasion qu’Allah lui a accordée d’atteindre qui est le mois de Ramadan. Donc, qu’il s’empresse vers l’obéissance, s’éloigne des mauvaises actions et s’efforce d’accomplir ce qu’Allah lui a rendu obligatoire, surtout les cinq prières, car elles sont le pilier de l’islam et les obligations les plus importantes après les deux attestations. Il est obligatoire à chaque musulman et musulmane de les préserver et de les accomplir en leurs temps avec recueillement et quiétude.

 

Source : Extrait de Risâlatân Mawjizatân fi Az-Zakât wa As-Siyâm

Traduit par le site salafs.com et révisé par l’équipe d’islamhouse.

Énumération des bienfaits du Ramadan

Il y a trop de bienfaits dans le mois du jeûne pour les énumérer tous. Celui qui les reconnaît et réalise leur importance souhaite que le mois de Ramadan soit étendu à l’année entière. Ces bienfaits sont un don d’Allah aux musulmans qui jeûnent, qui doivent le faire de toute leur foi et emplis d’espoir.

Ces bienfaits et bénédictions de Ramadan ont été plus bas regroupés et résumés en plusieurs catégories, sans commentaires. Ce travail a pour source le Coran et la Sounna, il ne représente qu’une liste partielle des bienfaits et bénédictions du mois de Ramadan.

 

1. Taqwa (crainte d’Allah): Ce concept recouvre les descriptions complémentaires suivantes :

- crainte d’Allah

- pratique Des révélations d’Allah

- respect de la Sounna

- se préparer à quitter ce monde pour l’au-delà

- autodiscipline

- contrôle de soi

- auto restriction

- auto éducation

- auto-évaluation

En acceptant ces critères et en les pratiquant, le musulman réalisera le concept de Taqwa dans sa vie privée et publique

 

2. Protection

- éviter l’immoralité

- éviter de provoquer un scandale ou l’indignation d’autrui

- éviter la stupidité

- éviter les interdits, les choses déconseillées, les ambigüités…

En cultivant ces bonnes manières, un musulman sortira du jeûne comme un homme meilleur au sein de la société

 

3. Révélation du Coran

Le Coran a été révélé au cours du mois de Ramadan. Il est :

- un guide pour l’humanité

- un moyen de distinguer le bien du mal

- la somme, la purification, la culmination et l’abrogation de toutes les révélations précédentes

- une source de joie pour les croyants

- un guérisseur

- une miséricorde

 

4. Les portes du Paradis sont ouvertes

- Les musulmans aspirent à faire plus de bien

- Le mal se réduit

- Le bien se propage et se ressent

- La spiritualité se perçoit partout

 

5. Les portes de l’Enfer sont fermées

- voir plus haut

 

6. Les diables sont enchaînés

- la prière est belle

- la concentration dans l’adoration est plus forte

- les disputes sont réduites

- la fraternité est accentuée

 

7. Jeûner avec l’Iman (la foi) et l’espoir : de telles intentions conduisent au Pardon d’Allah pour les péchés:

- la foi augmente

- l’espoir d’une belle récompense est ressenti

 

8. La porte de Rayyan: Il y a au Paradis une porte nommée Ar-Rayyan, réservée aux musulmans ayant bien observé le jeûne de Ramadan, qui sont les seuls à jouir des délices du Paradis à cet endroit.

 

9. Joies : Il y a deux types de joies pour les musulmans pratiquant le jeûne :

- à la rupture du jeûne

- lors de la rencontre avec Allah

 

10. L’haleine : L’odeur s’exhalant de la bouche des musulmans ayant observé le jeûne est meilleure auprès d’Allah que l’odeur du musc

 

11. L’effet de deux ramadans consécutifs : Celui qui pratique deux années consécutives le jeûne de Ramadan avec une bonne intention recevra le pardon pour ses fautes commises durant l’année.

 

12. Démultiplication des récompenses : La récompense pour un bien accompli est multipliée par 10, 70, 700 ou plus pendant le mois de Ramadan

 

13. Nourrir les autres : Quiconque invite des jeûneurs pour la rupture du jeûne, et quiconque prend soin des nécessiteux pendant les dix derniers jours de Ramadan recevra la même récompense que ces jeûneurs eux-mêmes.

La suite ICI

lundi 2 août 2010

Il a voulu l'éloigner d'Allah SWT mais elle fut la raison de son repentir.

J'essaie de me rappeler de mon enfance si innocente pour fuir le souvenir d'une adolescence et d'une jeunesse faites d'impuretés et de dépravation.
Déjà quand j'avais 15 ans je me débattais entre deux chemins : celui du bien et celui du mal. Mais, malheureusement j'ai choisi celui du mal. Satan m'a décoré de ses plus belles médailles, et je suis devenu entièrement soumis à lui… Mais au fil des jours, c'est lui qui s'est retrouvé soumis à ma volonté.

A cette époque, je faisais de mon mieux pour éloigner les gens du droit chemin. Un jour une fille de mon quartier a attiré mon attention, elle m'a lancé un regard que je ne pouvais comprendre à cette époque. Ce n'était ni un regard d'attirance ou d'amour, même si je ne savais pas ce qu'était l'amour vu que je n'avais pas de cœur à ce moment là. Les regards de cette fille me hantaient et j'ai décidé que cette fille serait la prochaine victime sur ma liste. J'ai donc pris un poème –dit poème d'amour- que j'ai glissé à travers la porte de la maison de cette fille. Mais je ne reçu aucune réponse. Je décidais une autre fois de lui écrire un poème sans mentionner son nom, mais toujours pas de réponse.

Une nuit lors de mon retour à la maison, aux environs de 4 heures du matin – vu que j'étais comme une chauve souris, à l'époque, je trouvais à la porte de ma maison un livret de Hadith, j'ai rougi de rage et j'ai invoqué toutes les méchancetés en moi quand je réalisai que c'était cette fille qui me l'avait envoyé. Elle venait de me déclarer la guerre! J'ai donc décidé d'écrire un poème à propos d'une histoires d'amour entre moi et elle que je publierai dans le quartier, et de ce fait je nuirais à sa réputation.
Après avoir fini, j'ai envoyé ce poème à la fille en la menaçant de montrer ce poème à tous ses amis et ses proches. Elle n'a pas réagi, puis, un messager est venu avec des dattes en me disant que la fille avait jeûné et que lors du iftar elle prierait Allah SWT de me ramener sur le droit chemin .
J'ai donc jeté les dattes, mes yeux ont rougi de rage, je me suis promis que je me vengerai tôt ou tard.
Je la suivais quand elle partait à la mosquée, l'insultant de tous les noms, ses amies rigolaient de ce que je disais mais toutes ces insultes ne lui faisaient rien. Tandis que je voyais toutes mes tentatives échouer, cette fille continuait à m'envoyer des livres musulmans, et chaque lundi et jeudi –les jours de son jeûne- elle m'envoyait des dattes. Mais moi j'interprétais ces gestes là comme une défaite pour moi.


Après quelques mois, j'ai voyagé loin du pays à la recherche de plaisirs n'existant pas dans mon pays, je suis resté près de 4 mois, mon esprit était toujours lié à cette fille, et au fait qu'elle avait pu échapper à toutes mes tentatives de l'éloigner du droit chemin.
J'ai décidé de poursuive mes tentatives dès mon retour au pays d'une façon plus sinistre... Le jour de mon retour au pays était un jeudi -le jour ou cette fille jeûnait- et dans l'avion on m'a servi des dattes et du café.
J'ai bu mon café et j'ai jeté les dattes - symbole de ceux qui jeûnent –. Une fois chez moi, avec mes cadeaux "dépravés" et le plus dépravé de ces cadeaux était celui que j'avais réservé à cette fille pour voir sa réaction. Je suis donc sorti à l'heure du Maghreb étant donné que la fille faisait toujours la prière à la mosquée où il y avait une association de femmes pour apprendre le coran, mais elle n'est pas venue. Je suis rentré à la maison en espérant que cette fille s'était éloignée du droit chemin pendant la durée de mon voyage.
J'ai vu un Mushaf (coran) sur mon bureau il y avait écrit : "ceci est un présent pour toi en espérant qu'Allah SWT te ramène sur le droit chemin".
J'ai demandé à la servante qui avait apporté ce Mushaf ici, elle ne répondit pas.
Je sortis le lendemain avec le Mushaf pour le rendre à cette fille et lui dire que je n'en avais pas besoin et que j'allais bientôt l'éloigner du droit chemin.
Mais la fille n'est pas venue à la mosquée. Je suis donc allé près de sa maison ou j'ai trouvé ses frères qui jouaient. Je leur ai demandé où elle était. Ils m'ont farouchement demandé qui j'étais. Je leur ai dis que j’étais le frère de l'une de ses amies qui voulait lui remettre quelque chose.


Ils m'ont dit que leur sœur était morte depuis 2 mois à la mosquée lors de sa prière...
Je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai failli m'évanouir, j'ai pleuré amèrement, moi qui n'avais jamais pleuré! Mais pourquoi toute cette tristesse ?! Pour sa mort ou pour les nobles circonstances de sa mort ?! Ou pour autre chose ? J'essayais en vain de trouver le chemin de ma maison, je frappais à la porte, alors que les clefs étaient dans ma poche. J'ai oublié qui j'étais, qui je suis, où j'allais. Les regards de cette fille ne me quittaient plus. J'ai donc réalisé que ses regards étaient des regards de pitié et de compassion. Elle voulait m'éloigner du chemin de Satan. J'ai décidé, après sa mort, de m'éloigner de ma famille, de mes amis… J'ai donc habité loin de ce quartier un peu plus d'un an, je la voyais partout ! Elle ne me quittait jamais même dans ma solitude. Je la revoyais allant et revenant de la mosquée. Beaucoup de gens ont essayé de savoir la raison de mon isolement mais j'ai gardé le secret bien enfoui dans mon cœur. Le Mushaf qu'elle m'avait offert était toujours avec moi, je l'embrassais en pleurant.
J'ai décidé de commencer à faire la prière, mais je tombais de désolation car je ne m'étais jamais prosterné devant Allah SWT. Mais Allah SWT m'a aidé et j'ai prononcé Son nom. J'ai prié Allah SWT qu'Il me pardonne et qu'Il accorde Sa miséricorde à cette fille qui faisait de son mieux pour m'améliorer et me rapprocher d'Allah SWT, alors que moi je faisais l'impossible pour l'éloigner d'Allah SWT. J'aurais tant aimé qu'elle me voie maintenant que je suis sur le droit chemin, mais Allah SWT en a décidé autrement. Je prie toujours pour qu'Allah SWT me réunisse avec elle dans Son vaste paradis .

dimanche 1 août 2010

De quel groupe fais-tu partie?

De ceux qui parlent beaucoup sans qu’il y ait un profit, ou bien de ceux qui se taisent beaucoup et qui ne parlent que pour un profit ?

Le mérite de la parole et du silence

Certainement la parole fait apparaître et fait connaître les pensées qui sont en nous. Et lorsque tu parles, ce qui était caché (en toi) apparaît. S’il y avait alors dans ta parole une erreur ou une chose que tu ne voulais pas dire il te serait impossible de la faire de nouveau retourner en toi.
Les houkamâ (les sages, les personnes dotées de sagesse) ont dit :
« La parole est le miroir de ce qu’il y a dans les poitrines. »


Maintenant, d’après toi quelle est la meilleure chose, la parole ou le silence ? La réponse de cette question se trouve dans la parole de certains houkamâ lorsqu’ils ont dit : « Accroche toi et persiste sur le silence et tu seras hakîm» (hakîm est le singulier de houkamâ).
Ils ont dit également :
« Ne parle pas sauf pour éclaircir une affaire, ou pour interdire une chose qui est fausse, pour propager une hikmah (une sagesse) ou pour rappeler un bienfait venant d’Allah … »
Et la parole a des conditions.


Première condition : Il faut que la parole soit justifiée, qu’elle ait un motif. Soit le fait de prendre un bien ou de repousser un mal. Et s’il n’y a pas un de ces deux motifs cités alors ne parle pas.
Les houkamâ ont dit : « La raison de la personne est cachée derrière sa langue ».
Et ils ont aussi dit : « La raison de la personne insensée et stupide est devant sa langue et celle du hakîm est derrière sa langue ».


En ce qui concerne la deuxième condition : Il faut que la parole soit dans son contexte. Car la parole hors contexte n’est pas dans (l’endroit) adéquat où on pourrait profiter d’elle. Il n’y a pas de bien dans la parole qui n’est pas profitable. Ainsi, chaque temps à sa parole et chaque moment à son action
.

 

En ce qui concerne la troisième condition : La prise de la parole doit être nécessaire. Certains houkamâ ont dit : «Celui qui parle beaucoup aura augmenté ses péchés.»
Et ils ont dit aussi au sujet de la personne qui parle beaucoup et se tait rarement:
« Certainement Allah le Très Haut à créé pour lui deux oreilles et une seule langue, pour qu’il écoute deux fois plus qu’il ne parle. »
Si on médite plus sur l’aspect (caractéristique) des oreilles et de la langue nous en tirerons beaucoup de profits. Nous avons prit connaissance que le silence est meilleur que la parole, c’est pour cela qu’Allah le Puissant a créé l’outil de la parole, qui est la langue, derrière des cloisons qui sont les deux mâchoires et les deux lèvres. Tandis que les oreilles ne sont pas enfermées comme
l’est la langue. Ceci montre qu’il est obligatoire d’écouter plus que tu ne parles et il n’y a pas de fatigue ni de difficulté dans le fait d’écouter car les oreilles sont ouvertes et sont orientées vers l’écoute. Mais lorsque tu veux parler tu te dois de lever les cloisons qui sont tes mâchoires et tes lèvres pour ensuite bouger ta langue, et ceci te pousse à réfléchir avant de prononcer une parole.


La quatrième et dernière condition : C’est le fait de choisir ses paroles. C’est ainsi que la langue est une preuve envers la personne (c’est à dire elle montre qui elle est) car si elle choisit ses paroles et y fait attention cela montre sa beauté, en revanche si elle ne choisit pas ses paroles et n’y fait pas attention cela indique sa laideur.


Et pour finir à quel groupe appartiens tu ? Es tu de ceux qui parlent beaucoup sans qu’il y ait un profit et qui se taisent très rarement ?
Ou bien es tu de ceux qui se taisent beaucoup et ne parlent que pour un bénéfice ?


Source: Adab ad Dounya wa Din de l’Imâm al Mâwardî (rahimahoullah).
L’Imâm al Mâwardî fait partie des grands Imams du Fiqh ach Chafi’i. Il est né en l’an 363 hijri et il est mort en l’an 450. Parmi ses professeurs il y avait l’illustre Imam ‘Abdoullah bnou Mouhammad al Boukhari rahimahoullah. Et parmi ses élèves il y avait le grand Imam al Khatib al Baghdadi rahimahoullah.


Traduit par l’équipe
d’assounnah

La fleur et la perle

Un jour, une fleur brillamment belle et odorante avec des couleurs attirantes rencontra une perle qui vivait loin dans les profondeurs de la mer et n’avait aucune de ces caractéristiques.
Toutes deux se sont présentées l’une envers l’autre.


La fleur a dit : « Notre famille est large, les roses et les marguerites sont membres de la famille. Et il y a d’autres espèces qui sont variées et innombrables, chacune ayant une senteur et une apparence distinctive, etc.»
Soudainement, une teinte de chagrin apparue chez la fleur.


« Rien ne montre de la peine dans ton discours, donc pourquoi es tu désespérée ? » Demanda la perle.


« Les êtres humains nous traitent sans prêter attention, ils nous traitent sans considération. Ils ne nous laissent pas pousser pour notre bien être mais pour obtenir du plaisir de notre parfum et notre belle apparence. Ils nous jettent dans la rue ou dans la poubelle après que nous soyons dépossédées de nos propriétés les
plus précieuses, la brillance et le parfum ».
La fleur soupira.
Puis la fleur dit à la perle :
« Parle moi de ta vie ! Comment vis-tu ? Comment la sens-tu ? Es-tu enterrée dans les profondeurs de la mer? »


La perle répondit :
« Malgré je n’ai aucune de tes couleurs distinctives et tes odeurs douces, les êtres humains pensent que je suis précieuse. Ils font l’impossible pour m’obtenir. Ils partent pour de longs voyages, plongent profondément dans la mer pour me chercher.

Tu seras étonnée de s’avoir que plus je suis éloignée, plus je deviens belle et brillante. C’est ce qui augmente ma valeur. Je vis dans une coquille isolée dans les mers sombres. Quoi qu’il en soit, je suis heureuse et fière d’être dans une zone de sécurité loin des impudiques et des mains malicieuses et les êtres humains me considèrent toujours de grande valeur ».


Savez-vous qui symbolisent la fleur et la perle?
Pensez, Pensez !
Vous trouverez que : La fleur est la femme non voilée (qui montre ses charmes)
Et la perle est la femme voilée (qui cache sa beauté)
Pensez-y !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
SVP n'oubliez pas de laissez des commentaires afin d'enrichir ce site, Barak Allahu Fikoum...